Défi 30 jours écriture spécial Noël : Défi 2

Publié le par Charlotte Cadorel

Et me revoilà pour le deuxième défi. Pour l'instant, je tiens le coup (dit-elle au bout de 2 jours sur 25 😂).

Le thème de ce deuxième défi était : Écrire une histoire sur le thème mon Père-Noël secret.

J'ai mis du temps à trouver l'inspiration, d'où cette publication tardive (mais toujours dans les temps) à plus de 23h00, mais je suis plutôt contente du résultat, finalement. Et le voilà, le résultat :

 

— Allez, dis-moi ! C’est qui, ton Père-Noël secret ?

— Non mais, le but du Père-Noël secret, c’est de rester secret… C’est un peu le principe du truc, en fait…

— Mais à moi, tu peux le dire ! Je serai muet comme une tombe !

— Mais bien sûr…

Je le connaissais bien, le zozo, avec son visage de chérubin et son regard émerveillé. Si je lui dis, il le dira à tout le monde, peut-être même sans s’en apercevoir.

On peut dire que niveau social, j’étais bien gâtée, cette année-là, à mon nouveau travail : des collègues beaucoup trop sympas pour mon tempérament casanier, une salle de pause où tout le monde va et vient (impossible d’avoir un moment à soi), des pots d’anniversaire à gogo… Et à présent, un Secret Santa (comme ils disent là-bas, aux States) ! Moi qui déteste Noël (au point qu’ils m’avaient surnommée la Grinchette à mon ancien boulot), on pouvait dire que ça ne tombait pas à pic, plutôt à plat…

Manque de bol, j’étais tombée sur le plus excité de la bande, le fameux zozo qui commençait un peu à me taper sur les nerfs. Pour tout avouer, j’avais de plus en plus envie de lui gâcher la surprise et de lui dire tout de suite que c’était à lui que je devais l’offrir… Mais je craignais aussi qu’il ne me lâche plus d’une semelle après ça, déjà qu’il me collait depuis mon premier jour… Et en même temps, vu le cadeau, il risquerait de tomber de haut. Je me frottais les mains rien qu’à y penser !

— Laisse-moi travailler, Hugo ! Déjà que je déteste cette période, alors ne vient pas me saouler avec ces histoires !

— Tu… n’aimes pas Noël ? Mais…

— Quoi ? Je ne suis pas la première ni la dernière personne à ne pas aimer les surprises, les chants de Noël mièvres, les repas à n’en plus finir… Les gens ! De toute façon, on ouvre les cadeaux très bientôt, donc tu n’auras pas longtemps à attendre pour avoir ta réponse…

Je jubilais un peu intérieurement… À vrai dire, ce qui me stressait le plus à Noël, ce n’était pas les gens, ni les repas à rallonge, mais de ne pas trouver le bon cadeau, celui qui correspondrait à la bonne personne. Et évidemment, je n’avais pas envie d’offrir un cadeau ordinaire, du genre éplucheur de légume ou boule à neige, à mon destinataire secret… Les cadeaux, ce n’était vraiment pas mon truc ! Mais j’avais trouvé une super idée, et, autant je me doutais qu’Hugo serait un peu déçu (j’en riais déjà rien que d’y penser), autant j’aurais apprécié ce cadeau…

La fin de journée arriva… Les cadeaux étaient empilés sous le sapin (un vrai de vrai, qui perd ses épines et en met partout !). Le patron prit un premier paquet : c’était le mien (celui pour moi). Je l’ouvris, puis éclatai de rire ! J’ignorais qui m’avait offert cette merveille, mais pour la première fois depuis des années, je me sentis bien : c’était exactement le cadeau que je voulais recevoir ! Car en ouvrant le paquet, j’y trouvai une boîte… complètement vide ! Pas de surprise, sinon la meilleure, celle de ne rien recevoir à Noël, à part le fait de savoir que la personne qui m’avait offert cette merveilleuse boîte vide me connaissait si bien. J’en étais émue autant que perplexe… Je me tournai vers Hugo, qui me fit un clin d’œil en ouvrant son paquet, aussi vide que le mien.

Ce soir-là, nous avons pris un verre ensemble, entre collègues. Hugo avait apprécié mon trait d’humour autant que moi le sien, et après tout, c’était là le véritable esprit de Noël : partager des moments inoubliables avec des proches, avec ou sans cadeaux !

J'espère que ce petit texte vous a plu, et je vous dis à demain pour de nouvelles aventures de Noël !

Publié dans écrits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article