Les Huits Salopards (8ème film de Tarentino)

Publié le par Charlotte Cadorel

Les Huits Salopards (8ème film de Tarentino)

Titre VO: The Hateful Eight

Réalisateur: (Le Grand) Quentin Tarentino

Dates de sortie en France: 6 janvier 2016

Résumé: Peu de temps après la Guerre de Sécession, John Ruth, dit Le Bourreau, un chasseur de prime impitoyable se rend à Red Rock accompagné de Daisy Domergue, une criminelle, pour qu'elle y soit pendue. Il rencontre sur sa route le Major Marquis Warren, un ancien soldat noir, qui se rend lui aussi à Red Rock pour récupérer une récompense à la suite de la capture de deux hommes, et Chris Mannix, nouveau shérif de Red Rock. Lorsqu'un blizzard les force à s'arrêter dans une petite mercerie, ils font la connaissances de quatre personnages énigmatiques. C'est alors que les ennuis commencent...

Ma critique: Malheureusement, je n'ai pas vu autant de films de Tarentino que je le souhaiterais, donc mes comparaisons sont plutôt minces, mais si je devais décrire le film en un mot, ce serait "long". Et pas seulement parce qu'il dure 2h45. J'ai l'habitude d'aller voir des films de plus de 2h. Non, ce n'est pas ça. C'est plutôt un sentiment de longueur global.

Ce que je veux dire, c'est que, dans ma tête, Tarentino = boucherie, sang à gogo et grosses bastons (sérieusement, vous avez vu la scène avec Leonardo dans Django !). Donc le film commence, et j'attends la première effusion de sang... J'attends... Elle finit par arriver, mais pas avant une heure de film, voir plus (bon après, ça ne s'arrête plus, par contre^^)

Mais ce n'est pas l'absence de sang qui m'a le plus dérangée (je ne vais pas au cinéma que pour voir du sang gicler de partout sans aucune raison^^). Non, ce sont les moments de grands vides, de rien... Tarentino a toujours la bonne idée de couper ses films en chapitres. Je trouve ça original et ça permet de se situer par rapport à la chronologie. Je dirais que dans Les Huit Salopards, il y a un chapitre de trop... Probablement celui dans la carriole. Alors oui, cette partie du film sert à introduire les personnages, en particulier Warren et Mannix, et leur futur lien dans le film. Mais les dialogues sont lents et répétitifs (là encore, c'est sûrement voulu, mais bon, c'est un peu lourd). Je n'avais qu'une hâte: qu'ils arrivent enfin à la mercerie ! Alors ce passage est long, mais une fois qu'il est passé, les événements se déroulent plus rapidement.

Voilà le point le plus négatif que j'ai pu repérer. Passons maintenant aux points positifs.

Dans un premier temps, le film repose sur ses huit acteurs principaux. Et quels acteurs ! On a les incontournables de Tarentino: Tim Roth (4 collaborations), Samuel L. Jackson (6 collaborations), Michael Madson (5 collaborations). Rien à dire sur eux, toujours aussi bons. Jennifer Jason Leigh est absolument surprenante. Dans ce film sous testostérones (la pauvre, entourée de sept mecs plutôt louches), elle arrive quand même à sortir du lot ! Elle est horrible, complètement déjantée, parfaitement vulgaire, et ça lui va bien ! Et en plus, elle chante, et plutôt pas mal (cette scène est comme un entracte entre deux scènes violentes, ça fait un peu de bien):

Jennifer Jason Leigh chante Jim Jones at Botany Bay <3

Sinon, Kurt Russel est pas mauvais dans son rôle de faux gentil, tout comme Samuel L. Jackson (personne n'est vraiment adorable dans les films de Tarentino). D'ailleurs, le duo Ruth/Domergue fonctionne très bien: elle parle, il la frappe, elle fait la gueule, il la console, et ainsi de suite... Walton Goggins est également super convaincant de son rôle de faux idiot (là encore, dans les films de Tarentino, tout le monde est un "faux" quelque chose). Il apporte une petite touche d'humour dans ce monde de brutes.

ATTENTION SPOILERS (Ok, y en avaient déjà avant, mais là, c'est carrément la chute du film, donc si vous ne l'avez pas vu et que vous comptez le voir, je ne peux que vous conseiller de ne pas lire la suite)

LA grosse suprise pour moi est Channing Tatum. Sérieusement, c'est quand même le gars qui joue dans Magic Mike. Le beau gosse, quoi ! Regardez-moi ça, est-ce qu'il a vraiment un corps une tronche à jouer dans un film de cowboys ?

Coucou, les filles !

Coucou, les filles !

Bon, perso, je ne trouve pas non plus que ce soir le mec le plus séduisant du monde, mais c'est la dernière personne que je m'attendais à voir débarquer dans un film de Tarentino. Surtout qu'en plus, c'est lui le chef du groupe !

Attention, transition de ouf: Le deuxième point positif du film est son scénario, plus étoffé qu'il ne le laisse paraître au premier abord. L'arrivée de Channing Tatum annonce un tournant beaucoup plus intéressant dans le scénario. Eh oui, il est le big twist, celui qui fait que ce n'est pas juste un film de batons, mais aussi un film avec une histoire plus élaborée. En effet, grâce à l'arrivée de son personnage dans l'histoire, on apprend que tout était pensé, tout était prévu ! Tarentino, vous êtes un génie ! Le seul point négatif du scénario : je trouve que le film reprend pas mal d'éléments de Django Unchained, on ne s'éloigne pas assez de la thématique du film précédent.

Bon, pour résumer, je suis plutôt partagée. J'ai vraiment trouvé que le film traînait en longueurs, mais je ne peux qu'apprécier la performance des acteurs et le revirement de la situation. En bref, je dirais que ce n'est pas le meilleur film de Tarentino, mais là encore, je n'ai pas énormément de comparaison. Le mot de la fin : Ennio Morricone ! <3

Bande annonce VOST

Publié dans Films

Commenter cet article